Jui. 09 19

Version imprimable Aujourd'hui en France : On ne pompera pas de sable au large de Quiberon

Article du vendredi 17 juillet 2009

Revue de presse

Aujourd'hui en France


Bretagne, Gâvres (Morbihan)
de notre correspondant

On ne pompera pas de sable au large de Quiberon

"C'est une grande victoire de la population face aux appétits d'un puissant groupe industriel. Rarement on aura vu en France une telle mobilisation et ça a payé." Président du collectif le Peuple des dunes, André Berthou savoure l'annonce par Lafarge de l'abandon de son gigantesque projet d'extraction de sable devant les presqu'iles de Quiberon et de Gâvres. Le cimentier voulait pomper à 5 km des côtes 600  000 t de sable chaque année durant trente ans. "Une folie qui aurait aspiré le sable des plages vers la mer, puis les dunes qui protègent nombre de maisons au-dessous du niveau de la mer !".

Le combat a débuté au printemps de 2005 quand, par hasard, des riverains apprirent qu'une autorisation de prospection allait être octroyée à une filiale de Lafarge. "Il ne restait que deux jours pour la contester, raconte André Berthou. En toute urgence, nous avons saisi le tribunal administratif." Rapidement, les rangs des adversaires à l'extraction gonflent dans tous les domaines car, au-delà des risques pour l'environnement, la zone choisie est une aire de reproduction de poissons et de travail pour une centaine de bateaux de pêche. Sans oublier le tourisme ou la pratique du surf. La nécessité de fédérer les multiples associations qui se mobilisent amène la création du Peuple des dunes qui mènera le combat au nom de toutes. "Le tournant est venu quand, l'un après l'autre, la quasi-totalité des maires et élus , de droite comme de gauche, nous a rejoints." Le 25 mars 2007, le collectif fera démonstration de son poids en réunissant 15000 personnes sur la plage d'Erdeven pour écrire de leurs corps sur le sable "le peuple des dunes".

La mer tapissée d'obus

Lafarge, lui continue ses prospections : pour le cimentier, les carrières s'épuisent et il y a besoin de sable pour le bâtiment. Les experts qu'il a embauchés sont affirmatifs sur l'absence de dommage à l'environnement. Le collectif a aussi sollicité des scientifiques. "Le résultat final de leurs analyses vient de me parvenir, poursuit André Berthou. Point par point, ils ont repris les arguments de Lafarge et en démontrent les erreurs. L'extraction était une aberration à tous les niveaux !"

Ce point de vue des scientifiques n'aura finalement pas servi dans le bras de fer. C'est en effet le préfet maritime de l'Atlantique qui, il y a une semaine, a clos le dossier en annonçant qu'il émettait un avis défavorable. La raison ? Depuis cent cinquante ans, l'armée teste  ses munitions et missiles en tirant depuis la presqu'ile de Gâvres et le fond de la mer est tapissé d'obus non explosés. Il y aurait donc danger à pomper à cet endroit. Lafarge s'est empressé de déclarer qu''il se ralliait à cette précaution et que, malgré ses études positives, il abandonnait son projet. "En 1977, un dossier du même genre avait déjà été annulé pour cette raison comme nous l'avions expliqué, conclut André Berthou. Cette fois, nous espérons que cette idée folle est sortie de la tête de tous les industriels pour des lustres."

Yves Pouchard
Aujourd'hui en France
du vendredi 17 juillet 2009


Mots-clés : ,

Commentaires

1 - alternatives au sable pour faire du béton

bonjour,

Les arguments du groupe Lafarge ne tenaient pas la route.
Il est possible d'utiliser des cendres pour réaliser du béton, le sable n'est pas indispensable et
les quantités que le groupe Lafarge souhaitaient exploiter , 600 000 t par an étaient non adaptées au site et constituaient un risque pour l'habitat tel que les quelaues emplois créés n'étaient que des cacahuètes agitées en guise de développement économique local...

Pourquoi créer une loi pour protéger le littoral et pourquoi aurait on alors laissé faire un groupe industriel tel que Lafarge ? La question se pose là au niveau de l'Etat français...

La groupe Lafarge est censé pourtant comme toute entreprise de rang international investir dans la recherche et le développement d'alternatives à ses produits traditionnels, alternatives  telles que l'utilisation de cendres, produits recyclables  pour remplacer le sable dans ses ciments?

Nous devons aussi remercier le préfet maritime du Morbihan qui le premier a avancé l'argument de la protection civile
compte tenu de l'utilisation du site comme lieu de tirs de l'armée pour protéger l'environnement du cordon dunaire.

Je tiens aussi à remercier toute l'équipe du peule des dunes, ces anonymes venus sur le cordon dunaire en si grand nombre et ces membres du collectif qui régulièrement nous ont informés et ont tenu bon durant le procès!


Katell Daniel

 


babel ouest | Le Lundi 20/07/2009 à 15:07 | [^] | Répondre

 

Recherche dans tout le site 

Services visiteurs 



voir les Stats

Annuaire et Guide de Bretagne, www.webbreton.com
www.webbreton.com


autres