Mars 07 25

Version imprimable Le Peuple des Dunes Erdeven 2007, l'APPEL

prise de parole de Jean Grésy

 

Jean Grésy est Vice président de l’association de sauvegarde et protection du littoral de la presqu’île de Gâvres et cofondateur du collectif des associations de défense de l’environnement, dénommé «le Peuple des Dunes»


Plage d'Erdeven le 25 mars 2007


Peuple des dunes,


Le combat que nous menons aujourd’hui se gagne sur 3 terrains, politique, scientifique et juridique.

Sur le terrain scientifique, vous avez entendu s’exprimer Yves Lebahy et Pierre Mollo qui, avec conviction, vous ont énoncé tous les risques d’un tel projet d’extraction de sable en mer.

Sur le plan politique, vous pouvez observer qu’un grand nombre d’élus, femmes et hommes, sont parmi nous aujourd’hui et la présence d’une candidate aux élections présidentielles témoigne de la dimension nationale de cette manifestation. A cette occasion, je voudrais aussi souligner le courage et remercier tout particulièrement madame la maire de Lanester qui a su résister à la multiplication des procédures engagées par les multinationales du ciment contre ses arrêtés, arrêtés déférés par l’autorité préfectorale devant le tribunal, parce qu’elle ose refuser le débarquement du sable sur le port du Rohu.

Sur le plan juridique enfin, un recours administratif a été introduit par l’association de sauvegarde et de protection du littoral de la presqu’île de Gâvres, voici plus de 18 mois. Le tribunal administratif de Rennes ne s’est pas encore prononcé à ce jour.

En effet, une seule issue s’offre à nous si nous voulons sauver le cordon dunaire, l’application par les pouvoirs publics du principe de précaution.

Car les textes sont là qui permettraient de protéger un tel patrimoine de l’humanité et de nous défendre contre ce pillage : textes internationaux, textes européens, textes nationaux.
Mais la France est l'un des pays les plus en retard pour la mise en œuvre du droit communautaire de l'environnement.
La France a pourtant signé la convention des Nations unies sur le droit de la mer, ainsi que la convention Ospar qui énonce l'obligation pour tous les Etats de protéger et de préserver le milieu marin et d'appliquer le principe de précaution.
A ce titre, les Etats doivent s’engager à prendre des mesures de prévention dès lors qu’il y a des motifs raisonnable de s'inquiéter, c'est-à-dire lorsqu'une activité est susceptible de nuire aux ressources biologiques et aux écosystèmes marins et cela même s'il n'y a pas de rapport de causalité entre l'action et ses effets.
La France a aussi adhéré au traité instituant la communauté européenne qui rappelle que « les exigences de la protection de l'environnement doivent être intégrées dans la définition et la mise en œuvre des politiques, afin de promouvoir le développement durable. » et que ces politiques doivent être fondées sur les principes de précaution et d'action préventive.
Même affirmation dans la jurisprudence de la cour de justice de la communauté européenne pour laquelle il n’est pas nécessaire désormais de rapporter la preuve de l'existence d’un dommage potentiel, mais seulement du risque éventuel de ce dernier, pour justifier de l'application immédiate du principe de précaution. Et lorsqu’il existe une incertitude, l’autorité compétente devra refuser l’autorisation.
Le droit international et européen est clair ; notre droit national l’est aussi puisque les principes de la charte de l’environnement, désormais élevés au rang de principe constitutionnel, font un devoir à tous les citoyens de défendre la nature, en vue d’un développement durable.

Alors pourquoi tant de complaisance de la part des pouvoirs publics à seconder les projets de multinationales qui, malgré des chiffres d’affaire colossaux, profitent de la mondialisation pour justifier leurs pratiques et les masquent de surcroît sous une image trompeuse d’industriels soucieux de développement durable ?

(Contrevérités)
C'est pourquoi, au nom du peuple des dunes, je voudrais dénoncer ici toutes les contrevérités qu’à coups de dizaines de milliers d'euros, en achetant des pages entières dans la presse, les cimentiers publient fréquemment :
- contrevérité quand ils disent qu’il n'y a pas de vie sous la mer, qu’il n'y a pas de nurseries ou de frayères de poissons précisément à l'endroit où ils veulent creuser.
- contrevérité lorsqu’ils affirment qu'ils n'auraient l'intention de prélever que 600 000 tonnes par an alors que ce genre de déclaration concernant le tonnage d'extraction n'est pas effectuée ordinairement avant de commencer les recherches, mais seulement après, lorsqu'est sollicité le permis d'extraction.
- contrevérité lorsqu’ils avancent un chiffre quelque qu’il soit, en tonnage d’extraction, puisqu’il n'existe aucun contrôle de ces activités de recherche ou d’exploitation car aucune administration n’est susceptible d'encadrer et de vérifier l'ampleur et l'étendue des prélèvements opérés sur zone.
- contrevérité toujours lorsqu’ils soutiennent que leurs extractions seront sans incidence sur l’état du trait de côte au motif que leurs bureaux d’études en attestent. Qu’ils aillent voir les conséquences déplorables des autres expériences sur l’état des plages du cap Fréhel, de Saint Jean du Doigt ou de Lannion, par exemple, et qu’ils entendent d’autres scientifiques que nous avons consultés et qui sont d’un avis totalement contraire !

Sans entrer ici dans un débat scientifique, il faut que vous sachiez que leurs bureaux d’études ne sont pas à la pointe de l’art en termes de connaissances et de moyens d’investigation disponibles à ce jour pour analyser l’impact sur le trait de cote de l’extraction de sable au large. Ils se sont en effet exclusivement fondés sur la modélisation mathématique de la dynamique sédimentaire, sans calibrage ni même comparaisons avec des mesures faites in-situ. De plus l’étude de modélisation ne prend en compte que des conditions climatiques moyennes, et ne couvre pas le spectre de conditions plus violentes telles que nous en avons connues dans un passé récent.

C’est pourquoi, devant ce danger imminent, nous nous sommes tous mobilisés.


Sachez qu’il n’y place pour aucune solution négociée avec les cimentiers, car nous ne transigerons pas sur les valeurs qui sont au cœur de notre action. Il n’y a place ni à l’arbitrage, ni à la conciliation, ni à la médiation. Comme on ne peut gagner contre la volonté souveraine du peuple dans une démocratie, il est facile d’anticiper le fait que les cimentiers ont déjà perdu la partie.

C’est pourquoi,

Ici, ce soir, se brise le projet d’extraction de sable. Celui-ci devait conduire dans le plus grand secret, sans concertation des citoyens, sans consultation des élus, sans étude d'impact préalable, à transformer une région préservée en un vaste bassin industriel où tous les pêcheurs, ostréiculteurs, plaisanciers n'auraient plus leur place.
Ici, ce soir, émerge la prise de conscience citoyenne face aux décisions des pouvoirs publics.
La décision prise depuis Paris par un éphémère ministre de l'industrie est relayée sur place par l'autorité sous préfectorale. Cette dernière, au lieu de s'attacher à des missions de service public, c'est-à-dire à la prise en compte de l'intérêt général des populations locales, préfère prendre le parti de deux multinationales.
Ici, ce soir, est né un mouvement citoyen issu de la société civile, sans attaches partisanes, mû uniquement par le désir de préserver la nature et l'environnement. Ce mouvement prend naissance là même où, voici 30 ans, un projet de défiguration du site par la construction d'une centrale nucléaire a été mis en échec par la mobilisation des hommes de progrès.
Ici, ce soir, se forge l'espérance : nous n'étions au début qu'une petite poignée d'hommes libres et résolus. «j'ai rencontré ce matin devant la haie de mon champ une troupe de marins, d'ouvriers, de paysans». Ils ont été rejoints ici par des femmes et des enfants, par des actifs et des retraités. Ce n'est plus une troupe. C'est un peuple debout qui se lève et qui marche. C'est un peuple fort de la conviction qu'il a de la légitimité de ce combat.

Ce peuple : c'est le peuple des dunes.

Au nom du peuple des dunes, nous voulons lancer depuis ERDEVEN un appel solennel :

- Nous appelons tous les scientifiques à nous rejoindre et à nous prêter leur concours et leur expertise,
- Nous appelons tous les enseignants à évoquer avec leurs élèves ou leurs étudiants les préoccupations liées à l’extraction de sable en mer, afin que de proche en proche toutes les familles soient sensibilisées au débat environnemental,
- Nous appelons tous les journalistes à enquêter partout, le long des côtes françaises ,européennes ou internationales, sur les conséquences résultant pour les plages des extractions de sable en mer, afin de faire savoir au monde entier leurs conséquences dommageables et irréversibles pour l'environnement,
- Nous appelons tous les fonctionnaires d’Etat qui travaillent pour des instituts de recherche ou des laboratoires sur la climatologie, la sédimentologie, la courantologie à briser leur devoir de réserve en révélant à tous l’état de leurs observations et de leurs recherches pour participer publiquement au débat sur la défense de notre environnement,
- Nous appelons tous les hommes politiques, tous les maires, tous les conseillers généraux, tous les députés et sénateurs de ce département, à se positionner clairement face aux extractions de sable en mer, afin que les électeurs puissent les choisir en toute connaissance de cause pour les représenter et défendre.
- Nous appelons les pouvoirs publics à enregistrer, au vu de ce grand rassemblement, la très vive opposition des habitants de cette région et à en tirer toutes conséquences, au regard de la politique affichée du gouvernement, et du Président de la République en matière de protection de l’environnement,
- Nous appelons toute la communauté bretonne à se mobiliser et à se tenir prête, si nous ne sommes pas entendus, pour d'autres manifestations à Lorient, à Vannes, à Rennes, et si nécessaire pourquoi pas à Paris,
- Nous appelons tous les Français à réfléchir ensemble à une politique de développement durable qui donnerait la préférence au recyclage des matériaux, à la recherche et à l'innovation dans les matériaux de construction,
- Nous appelons tous ceux qui vivent le long des côtes françaises et dont les plages ont été agressées, à rejoindre le collectif des associations de défense environnementale, le Peuple des Dunes, ou à constituer d’autres collectifs de défense ayant le même objet, dont l’action pourra à terme être unifiée au niveau national.
- Nous appelons, en dernier lieu, tous les hommes de bonne volonté, tous les jeunes, tous les internautes à diffuser cet appel auprès de leurs parents, amis ou relations afin que les idées et les valeurs mise en mouvement à ERDEVEN, fassent le tour du monde et demeurent de façon permanente en alerte face aux marchands d’oubli et au sommeil volontairement entretenu des marchands de sable.

Vive le Peuple des dunes

Non à l'extraction de sable

Jean Grésy
Erdeven
Le 25 mars 2007





 Commentaires publiés sur l'ancien blog du Peuple des Dunes

1 - Bravo pour cette immense reussite. Je n'ai malheureusement pas put être parmis vous, mais mes parents étaient bénévoles pour moi :)) Pour info, en plus de tout les médias qui parlent de vous, la manif en accroche actu, page d'accueil Yahoo France. C'est plutôt interressant, ces accroches sont trés trés visités !
Écrit par:
Gaël at 2007/03/26 - 13:26:38

2 - je me suis permis de relayer la pétition ici :
http://www.cyberacteurs.org/forum/viewforum.php?f=28
Alain
Écrit par:
Alain at 2007/03/26 - 13:49:59

3 - Je vous livre des commentaires laissés sur mon blog : "Voyons ce que peut faire un grain de sable!" - "zont qu'à aller désensabler le mont St Michel!" - "marches vers le large et dis non au ciment lafarge"
Écrit par:
ty dub's at 2007/03/26 - 23:15:51

4 - Merci à vous trois qui avez par votre action relayé et emplifié la mobilisation. J'avais déjà été visiter vos blog et fait un lien dans la liste de soutien, vous me donnez l'occasion d'en rappeler le nom : Gaël "
Sach' a bep tra Gaël", Alain "errances... en Bretagne" et ty dub's "GROIX, une île de BRETAGNE, Enez GROE".
A bientôt car le permis n'est bien évidemment pas enterré au soir du 25 mars, Lafarge ne lachera pas facilement...
Écrit par:
Bruno at 2007/03/27 - 19:46:39


Mots-clés : , , ,

 

Recherche dans tout le site 

Services visiteurs 



voir les Stats

Annuaire et Guide de Bretagne, www.webbreton.com
www.webbreton.com


autres