Mars 07 25

Version imprimable Le Peuple des Dunes Erdeven 2007, Prise de parole Jimmy Pahun


Jimmy Pahun est porte parole du collectif "le Peuple des Dunes.



Jimmy Pahun plage d'Erdeven le 25 mars 2007 Photo Bruno Corpet




Peuple des dunes,


Si nous sommes réunis ce 25 mars 2007, c'est que chacun d'entre nous a pris conscience que l'extraction de sable en mer est une question majeure de notre société du XXIè siècle, car elle touche directement à notre environnement immédiat et durable.

Au-delà de tout esprit polémique ou partisan, chacun de nous sait que notre région est dotée d'un patrimoine tout à fait exceptionnel que nous ont légué, en dépit de siècles d'occupation, nos aïeux.

Notre devoir n'est-il pas de le préserver contre toute agression humaine à caractère irréversible pour le transmettre à notre tour à nos enfants et petits-enfants ?

Je le dis d'autant plus haut et fort que nous payons cher aujourd'hui les erreurs du passé. Pillée sauvagement voilà plus de 50 ans, pendant la dernière guerre, le sable de nos côtes disparaît progressivement. Il ne reviendra plus car les gisements qui datent des dernières glaciations ne se renouvellent plus.

Là où tout n’était que sable blanc, apparaît aujourd'hui cailloux, galets, rochers et vases.

Le trait de côte partout se déplace.


Or nos côtes constituent le plus vaste ensemble dunaire de Bretagne depuis la presqu'île de Gâvres jusqu'à la pointe de Quiberon. L’importance de sa préservation est telle qu’il a été classé pour une bonne part, à la demande de l’Union européenne, Natura 2000 et qu’il est intégré dans l’opération grand site. Il bénéficie, à ces titres, de mesures de protection de la faune et de la flore.

Zone naturelle aussi précieuse que fragile, ce site devrait être hors d'atteinte de toute forme d'agression sur la biodiversité, quelle qu'elle soit.

Or il est vulnérable et ce projet d’extraction de 600 000 tonnes de sable par an pour une période d’au moins 30 ans constitue une menace majeure, une menace de catastrophe écologique.

Oui, le littoral breton doit se battre contre le phénomène de l'érosion côtière, emportant un recul du trait de côte et un risque de submersion des terres. Ce phénomène n'est pas hypothétique mais avéré.

Il touche toute l'Europe où les risques s’accroissent chaque année en raison des changements climatiques.

Le rapport EUROSION publié par la commission européenne précise bien que : « l'érosion côtière n'épargne aucun des états côtiers des membres de l'Union. Le trait de côtes recule actuellement sur 15 000 kms, en dépit des travaux de défense côtière déjà réalisés sur 2900 km et de la stabilisation artificielle de 4700 kilomètres de nos côtes. La superficie terrestre perdue ou sérieusement endommagée par l'érosion en Europe est estimée à 15 km_ par an.

Ces études estiment que le nombre de personnes exposées à un risque réel d'érosion côtière ou de submersion dépassera les 158 000 personnes en 2020 tandis que la moitié des zones humides du littoral européen devrait disparaître, suite à la montée du niveau de la mer. On s'attend à ce que cette situation empire à cause de l'élévation des niveaux marins et des occurrences de tempêtes extrêmes, devenues imprévisibles et qui sont associées aux changements climatiques.

Et, le rapport EUROSION le souligne avec force : « le recul du trait de côte est exacerbé par les activités humaines, dont les activités d'extraction de granulats et de sable, les dragages, les prélèvements de sable, et l'extraction de sédiments en mer qui contribue au déficit sédimentaire ».

Oui, notre cordon dunaire est menacé et au-delà toute la côte. Car un creusement, en cet endroit, dans les gisements de sable, pourrait avoir des conséquences sur la propagation des houles à la côte, et donc sur le principal agent contrôlant la stabilité du littoral.

Car les dunes constituent de véritables pare-chocs pour arrêter les vagues. Si ces dunes disparaissaient, il n'y aurait plus d'obstacle pour arrêter les trains de houles.

Si ce projet d'extraction de sable voit le jour, nous assisterons progressivement à l'érosion puis à la disparition de tout le cordon dunaire. La mer dont le niveau s'élève très régulièrement envahira progressivement les terres et les constructions dont les hauteurs culminent dans cette région à cinq ou six mètres maximum au-dessus du niveau de la mer. Une partie de la région dispose même d'un bâti construit en dessous du niveau de la mer et ce sont donc toutes les populations qui se trouveraient menacées. À l'horizon de plusieurs décennies il est possible d'entrevoir la disparition des presqu'îles de Gâvres et de Quiberon.

La bataille que nous avons engagée a démarré en 2005 et va durer des mois, voire des années,
car si les cimentiers se retournent vers des recherches sous-marines en France, c'est parce que nos ressources terrestres ne sont pas inépuisables. Les industriels extracteurs préfèrent aujourd’hui se retourner vers le domaine public maritime et ce qu'ils appellent les zones « de moindres contraintes :
- le plus près possible des côtes,
- le plus près possible d'un port de débarquement.

La Grande-Bretagne qui n'a pas de ressources terrestres comme la France a vu ainsi une grande partie de ses falaises s'effondrer et a récemment stoppé la quasi-totalité de ses extractions marines. Les pays européens qui continuent à se tourner vers ce genre d'extractions le font tout simplement pour recharger régulièrement leurs plages en sable et absolument pas pour fabriquer du béton !

L'Europe manque de 60 millions de tonnes de sable par an. La Bretagne de 2. Il est bon de rappeler que la France consomme 420 millions de tonnes alors qu'elle n'en produit que 400….
Allons – nous continuer à vouloir consommer ce que nous ne pouvons produire ?

Alors je pose la question à l'Etat : comment peut-on décider de la protection et du classement dunaire et par ailleurs autoriser de telles extractions ?
Peut-on continuer à mener de front des actions aussi incohérentes ?


Nous demandons à l'ETAT et à ses représentants :
- qu'ils arrêtent de participer aveuglement au gaspillage de nos richesses minières,
- qu'ils poussent nos industriels très compétitifs sur les marchés à améliorer leur technologie en réduisant la part du sable dans la fabrication du béton,
- que les plans d’extraction de sable intègrent le recyclage des sables de dragage, un meilleur recyclage des déchets du bâtiment, ainsi qu'un véritable contrôle des extractions.

Aujourd'hui, nous avons fait notre travail de citoyens pour alerter l'opinion publique et votre présence si nombreuse le démontre.


Notre mobilisation doit continuer à être très forte afin que nous oeuvrions tous ensemble pour le respect de notre environnement et notre qualité de vie.
J’ai été très heureux de porter la parole de Peuple des Dunes et votre présence si nombreuse aujourd’hui en est le plus beau remerciement.

Nous restons prêts à agir à nouveau et le combat demain portera tout à la fois sur le plan scientifique, juridique et politique.
Le Salon de la Terre, C’est ici aujourd’hui qu’il se passe.

Messieurs les élus, merci d’être à nos côtés
. Vous pouvez être fiers de nous ! Vous pouvez arborer vos écharpes !

Merci à André Berthou, Président de l'association de sauvegarde du littoral de Gâvres , qui a été le premier à nous sensibiliser sur ce projet et n'a pas failli à donner de son temps et de son énergie.
Merci à Jean Gresy, Vice Président de l'association de sauvegarde du littoral de Gâvres pour ses avis éclairés et juridiques,
Merci à Yves Lebahy, et à Pierre Mollo et Jean-Pierre Le Visage qui ont su éclairer notre jugement par leur savoir et qui continueront au sein de notre comité scientifique à répondre à nos craintes,

Merci à tous ceux qui composent le Peuple des Dunes : associations environnementales, particuliers, commerçants, professionnels du tourisme, de la pêche, de l'ostréiculture , de la conchyliculture, merci pour votre passion , pour votre temps, pour vos dons.

Nous avons plus que jamais besoin de vous car nous devons rester mobilisés pour gagner ce combat.


Jimmy Pahun
Erdeven
Le 25 mars 2007

 

Mots-clés : ,

 

Recherche dans tout le site 

Services visiteurs 



voir les Stats

Annuaire et Guide de Bretagne, www.webbreton.com
www.webbreton.com


autres