Mars 07 16

Version imprimable Le Télégramme, Extraction de sable; Les ostréiculteurs inquiets

Extrait article début mars 2007

Revue de presse



Un article signé Valérie Moigne sur la rencontre, mercredi soir à Locoal-Mendon, entre les ostériculteurs et les représentants du groupe Lafarge.


Le Télégramme

"On est sur une bombe à retardement", lançait, mercredi soir, Jacques Carrer, président de la section ostréicole de la ria d'Etel. C'est pour répondre aux interrogations des ostréiculteurs et les rassurer que les représentants du groupe Lafarge les ont rencontrés à Locoal-Mendon.

Ils étaient une vingtaine à être venus à la rencontre des représentants du cimentier, en charge des études sur le projet d'extraction de sable.

Quels impacts ?
"Nous sommes inquiets et on se demande quel impact cela pourra avoir sur l’écosystème de la ria d’Étel, et notamment sur l’érosion éventuelle de la barre", explique Jérôme Loire ostréiculteur. Les professionnels s'alarment également des modifications engendrées sur le rythme des marées. Et de citer  "le mois dernier, on a eu des vents du sud avec un système de dépression qui a directement influé sur le niveau des marées, il ne faut pas grand-chose pour que cela soit modifié, c’est un milieu sensible", commentent-ils. "Quels seront les impacts sur la barre ?", telle est leur profonde préoccupation...

Ils s'interrogent aussi sur les conséquences de l'extraction sur le plancton : "Les prélèvements de sable agissent sur la turbidité de l’eau, quelles sont les conséquences ? Car a priori dans une eau troublée, des études montrent le développement d’un plancton phyto-toxique ?".

Pour Jérôme Loire, "Nous sommes inquiets pour les communes du cordon dunaire dans son ensemble, nous sommes aussi des citoyens habitants le pays concerné, on se demande quelle influence tout cela peut avoir sur une zone protégée Natura 2000, là je pense vraiment que l’on est en péril avec un projet industriel de cette taille"

Selon la journaliste, Valérie Moigne, les représentants du groupe Lafarge, Didier Collonge chargé de mission, Olivier Vicaire du cabinet d'étude Astérie et Stéphane Durand-Guyomard de la Société rennaise de dragage, ont rappelé qu'ils ont obtenu en 2005 un permis exclusif de recherche (PER Sud-Lorient) et qu'ils veulent le reconduire pour deux années supplémentaires.


Mots-clés :

 

Recherche dans tout le site 

Services visiteurs 



voir les Stats

Annuaire et Guide de Bretagne, www.webbreton.com
www.webbreton.com


autres