Nov. 08 21

Version imprimable Le Télégramme, Lafarge Ciments. La station de Brest s’enlise dans la crise

Article du 19/11/2008


Lafarge station de Brest, photo Le Télégramme

Revue de presse
Lafarge, notre "bon" géant du ciment est malmené ces derniers temps, cela ira-t-il jusqu'à l'abandon du bras de fer avec Le Peuple des Dunes pour ne pas perdre son temps... et son argent devenue plus rare, avec une action  tombée à moins de 35€ hier ?



Lafarge Ciments.
La station de Brest s’enlise dans la crise


Les douze salariés de la cimenterie Lafarge, implantée sur le port de commerce de Brest, avaient été prévenus via courriel par leur direction. Ils étaient convoqués, hier, pour des entretiens individuels en vue de mutations internes.

Seule certitude, deux employés rejoindront le site de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Tous ont débrayé, à raison de deux heures par équipe -ils travaillent en 3x8-, paralysant l’activité de la station de broyage. Un état des lieux leur a été dressé : à cause de la crise financière, entraînant des « problèmes d’écoulement de marchandises », d’après le responsable local, Christian Petitfrère, le site ne va fonctionner, à terme, qu’avec quatre salariés. Les employés gardent en mémoire le projet de doublement des capacités de la station de broyage (130.000 tonnes actuellement), présenté en janvier dernier et qui nécessitait des investissements de l’ordre de 20 millions d’euros. Il est aujourd’hui mis entre parenthèses, la conjoncture ayant amené le site à stopper sa production dès le mois d’octobre, les approvisionnements des chantiers bretons n’étant assurés, depuis, qu’à partir des stocks. Un comité d’entreprise se tiendra vendredi 28 novembre sur l’autre site du Grand Ouest de Lafarge Ciments, à Saint-Pierre-la-Cour (Mayenne). Avant une finalisation du « plan » le vendredi 12 décembre prochain.

Les craintes de Bruno Lafont

Au début du mois de novembre, dans un entretien accordé au quotidien Le Figaro, Bruno Lafont, président-directeur général du premier cimentier mondial, avait reconnu que plusieurs pays où se trouvait le groupe « avaient été particulièrement touchés par la crise », citant la France. Il n’avait pas exclu des fermetures d’usines si la situation venait à s’aggraver.

Aurélien Douillard
Le Télégramme du 19/11/2008


Mots-clés : ,

 

Recherche dans tout le site 

Services visiteurs 



voir les Stats

Annuaire et Guide de Bretagne, www.webbreton.com
www.webbreton.com


autres