Oct. 07 16

Version imprimable Le Télégramme, "Le Peuple des dunes à la rencontre des écoliers parisiens"

Extrait édition du 16/10/2007

Revue de presse

Le Télégramme

Alain Bonnec et Jean-Pierre Le Visage, du collectif Le Peuple des dunes, sont intervenus vendredi auprès des écoliers de la région parisienne

Extraction de sable : des écoliers parisiens intéressés
Et si finalement, le mouvement de protestation contre le projet du groupe de Cimentier Lafarge dépassait de plus en plus les frontières de la Bretagne ? Deux écoles de Créteil (94), Savignat et Victor-Hugo, ont en effet entrepris un travail de recherche sur le fameux PER Lorient (plan d’extraction) actuellement à l’étude entre Gâvres et la presqu’île. A l’occasion de leur venue à Kerhostin, au centre des PEP 39, les écoliers avaient convié deux personnes du collectif Le Peuple des dunes afin qu’ils leur expliquent leurs positions.

« Des détériorations inévitables »

Alain Bonnec, adjoint au maire d’Erdeven, et Jean-Pierre Le Visage, retraité de l’enseignement en SVT (sciences et vie de la terre), sont venus vendredi à la rencontre des 47 jeunes élèves de la banlieue parisienne pour leur expliquer les arguments du Peuple des dunes, qui s’oppose très activement à ce projet d’extraction de sable au large des côtes. Alain Bonnec a commencé par présenter le collectif, qui représente 140 associations du Morbihan. Toutes ont en commun de dénoncer le projet du groupe Lafarge et «les détériorations inévitables qu’il engendrait pour notre environnement, notre économie et notre cadre de vie». Avant cet entretien très interactif avec les élèves de CM2, leur professeur les avait largement sensibilisés aux problèmes qu’engendrerait sur l’équilibre de la zone un tel bouleversement.

L’équilibre de la zone
Le cimentier souhaite, à 3 milles (5,5 km) du cordon dunaire, extraire 600.000 tonnes de sable par an, et ce, pendant trente ans, sur une zone de 4 km² et à 30 m de profondeur. En mai 2005, l’État a délivré un permis de recherche qui est actuellement en cours et, en fonction des résultats, une concession serait accordée. Alain Bonnec a ensuite présenté les recherches menées actuellement et les craintes du collectif : «Chaque jour, pendant deux heures, un bateau viendrait pomper le sable à 30 mètres de profondeur, en extrayant une couche de dix centimètres par an. Une fois le travail fait, le bateau repartirait vers les ports de Lorient, de Quimper ou de Brest. Lafarge tente de rassurer les habitants : il y aura "seulement" le pompage de 18 millions de tonnes de sable, juste en face d’une dune de... sable. On croit rêver !» Jean-Pierre Le Visage a ensuite expliqué aux enfants les enjeux actuels, car le collectif remet en question les derniers rapports présentés par les experts de Lafarge.

Des intervenants convaincants
«Les études sur la stabilité du littoral montreraient qu’il n’y a pas de liaison directe entre la zone de recherche et le système sédimentaire de la plage, a-t-il détaillé. Les sables qui se trouvent sur la zone ont été déposés il y a 8.000 ans et ne subissent pas de mouvement. De notre côté, nous sommes beaucoup plus sceptiques. Ce n’est que dans le futur que nous pourrons affirmer de telles choses, mais il sera sûrement trop tard. Comment affirmer qu’il n’y aura pas d’incidence sur le trait de côte, ni sur la pêche, ni sur la chaîne alimentaire ? C’est un risque que l’on ne peut pas prendre.» Le Peuple des dunes est plus que jamais mobilisé et, à en croire les réactions des jeunes, vendredi, leurs deux représentants ont su convaincre.

Le Télégramme du 16/10/2007
rubrique Saint-Pierre de Quiberon


Mots-clés :

 

Recherche dans tout le site 

Services visiteurs 



voir les Stats

Annuaire et Guide de Bretagne, www.webbreton.com
www.webbreton.com


autres