Jan. 07 03

Version imprimable Le Télégramme Morbihan Extraction de sable. Les opposants s'unissent

Article du 02/01/2007


Les responsables de l'association de sauvegarde et de protection de la presqu'île de Gâvres sont à la pointe du combat contre l'extraction de sable au large de Quiberon. Ils ont constitué un collectif d'associations, afin d'élargir la mobilisation à tout le département. (Photo Patrick Hernot)

Revue de presse
Le Télégramme


Extraction de sable. Les opposants s'unissent
Le projet d'extraction de sable marin entre Gâvres et Quiberon inquiète. Les opposants, de plus en plus nombreux sur les communes du littoral, ont décidé d'unir leurs efforts et de constituer un collectif de défense.

Le permis de recherche accordé, en mai 2005 et pour une période de deux ans, à des filiales du cimentier Lafarge, n'en finit pas de faire des vagues. De Gâvres à Quiberon en passant par Etel, Erdeven ou Plouharnel, la colère gronde contre le projet d'exploitation de l'un des plus grands gisements de sable de France. « Tout s'est fait en catimini. Aucun élu n'a été informé de ce projet », déplore Jean Grésy, vice-président de l'association de sauvegarde et de protection de la presqu'île de Gâvres.

« Riantec et Quiberon sous l'eau »

Pourtant, si ce projet d'envergure aboutit, l'extraction du sable à 5 km des côtes pourrait atteindre 600.000 tonnes par an. « Une telle exploitation mettrait en péril toute la zone dunaire, en accélérant l'érosion naturelle. Cela provoquerait un glissement de la plage vers l'avant-plage, puis vers la mer, pour combler le trou », explique Jean Grésy. Selon les opposants, l'impact sur l'environnement serait catastrophique. Le massif dunaire, rempart naturel contre les vagues, s'effondrerait. Et les inondations ne seraient plus un risque, mais une réalité. « Certaines communes, comme Gâvres, sont situées sous le niveau de la mer. Et si les presqu'îles de Gâvres et de Penthièvre sont submergées, Riantec et Carnac seront sous l'eau », prédisent des habitants.

Manifestation en mars à Lorient
Vingt associations, refusant un tel scénario, ont choisi de se regrouper dans un collectif, afin de donner un plus large écho à leur mobilisation. Sa création sera effective le 27 janvier. « Il faut informer et sensibiliser tous les usagers de la mer », martèlent les responsables qui dénoncent une logique économique à courte vue. « Cette activité polluante créerait moins de dix emplois et elle aurait des retombées négatives sur le tourisme qui en génère des centaines ! ». Des actions sont d'ores et déjà prévues. Notamment une manifestation à Lorient, le premier week-end de mars. Par ailleurs, deux recours en annulation ont été déposés devant le tribunal administratif.

Le Télégramme
du 2 janvier 2007
Rubrique Morbihan


Mots-clés :

 

Recherche dans tout le site 

Services visiteurs 



voir les Stats

Annuaire et Guide de Bretagne, www.webbreton.com
www.webbreton.com


autres