Sep. 07 10

Version imprimable LEVENGEURMASQUE soutien le Peuple des Dunes

Le Peuple des dunes dit non au marchand de sable

Revue de blogs
 

levengeurmasque.allmyblog.com

Le Peuple des dunes dit non au marchand de sable 



(De Port-Louis) Dans le Morbihan, un collectif de 140 associations baptisé le Peuple des dunes se bat contre un projet de Lafarge d'extraction de sable. Samedi soir, à Port-Louis, un fest-noz de soutien a été organisé pour réunir tous ceux qui sont bien décidés à bouter dehors le cimentier.

Il y a ici 25 kilomètres de dunes ininterrompues, si ce n'est par l'embouchure de la Ria d'Etel, et en face, comme des sentinelles postées dans l'océan, l'île de Groix et Belle-île-en-mer. Ces 6000 hectares classés Natura 2000 constituent le plus vaste espace dunaire de Bretagne. Au milieu, la Ria d'Etel, dans laquelle s'engouffre l'océan après avoir franchi la célèbre barre, immense banc de sable qui bouge mystérieusement au gré des courants, des marées et de la houle.



Et il y a le projet du cimentier Lafarge: à 3 miles marins (5,5km) de ce cordon dunaire, l'extraction de 600000 tonnes de sable par an, et ce pendant trente ans, sur une zone de 4km2 et à 30 mètres de profondeur. En mai 2005, l'Etat a délivré un permis de recherche. En fonction des résultats, une concession serait accordée pour trente ans.



Le grain de sable

C'est compter sans le grain de sable du Peuple des dunes, qui a fédéré contre ce projet une centaine d'associations. En mars dernier, le collectif a réuni sur la plage d'Erdeven 12000 personnes. La plupart des élus locaux, tous partis confondus, ainsi que Dominique Voynet, venue en voisine (elle a une maison sur l'île de Groix), étaient présents: pas question de rester extérieur à ce mouvement a-politique, lame de fond qui entraine toutes les catégories de la population.



Pour parvenir à ses fins, Lafarge s'est alors mis à ruser en employant la manière douce (questions-réponses sur son site, discussion cet été dans les supermarchés…). Peut-être parce qu'il y a trente-deux ans, le projet d'une centrale nucléaire sur cette même plage d'Erdeven s'était heurté à la détermination granitique des habitants: c'était non, aussi.



La catastrophe annoncée

Chaque jour, pendant deux heures, un bateau viendrait pomper le sable à 30 mètres de profondeur, en extrayant une couche de 10 centimètres par an. Une fois le travail fait, le bateau repartirait vers les ports de Lorient, de Quimper ou de Brest. Lafarge tente de rassurer les habitants: il y aura "seulement" le pompage de 18 millions de tonnes de sable, juste en face d'une dune de... sable. On croit rêver: "Les études sur la stabilité du littoral montrent qu'il n'y a pas de liaison directe entre la zone de recherche et le système sédimentaire de la plage. Les sables qui se trouvent sur la zone ont été déposés il y a 8000 ans et n'ont jamais bougé depuis…"

Ce à quoi le Peuple des dunes répond de les laisser tranquilles là où ils sont, et qu'aucun modèle mathématique, aucune étude la plus poussée ne convaincront personne qu'il n'y aura pas d'incidence sur le trait de côte, ni sur la pêche, ni sur la chaîne alimentaire. Non, c'est non.



Danse avec les dunes

Hier soir, le Peuple des dunes a organisé un fest-noz à la citadelle de Port-Louis afin de réunir des fonds qui financeront la bataille. Le collectif a déposé jusqu'à aujourd'hui trois recours: le premier contre le ministère de l'Industrie, qui a donné l'autorisation de recherche, le deuxième contre le préfet, qui a permis le début des travaux, le troisième contre le maire de Lanester, qui a accordé un permis de construire au cimentier. Tout cela coute cher. Il n'y a aucun doute: ils iront jusqu'au bout, sans haine ni agressivité.



Comme le résume André Berthou, ancien patron pêcheur et président du collectif: "C'est une bonne cause. C'est non, voilà tout".

Posté le 09-09-2007 à 13h45


Mots-clés :

 

Recherche dans tout le site 

Services visiteurs 



voir les Stats

Annuaire et Guide de Bretagne, www.webbreton.com
www.webbreton.com


autres