Déc. 07 13

Version imprimable Morbihan, extraction de sable PER Lorient, "Bonne nuit les petits"

par Bruno Corpet


Le 10 décembre 2007, le préfet Laurent Cayrel a réuni le comité de suivi du PER (Permis de Recherche) de sables (granulats) marins entre Groix et Quiberon. La lecture des articles de la presse locale et quelques commentaires de représentants du Peuple des dunes présents, me rappellent étrangement une émission de télévision de notre enfance "Bonne nuit les petits". J'ai retrouvé sur un site internet le contenu de cette émission, le rapprochement est saisissant :

"Les enfants ont été fascinés par "Bonne nuit les petits", sans doute parce qu'un jeune enfant ne fait pas bien la différence entre la fiction et la réalité. (...) Nounours possède tous les traits de caractères et toutes les qualités des grands parents : il sait jouer avec les enfants, il aime se déguiser, raconter de belles histoires. Il fait semblant d'être naïf (...) Mais il sait aussi leur faire entendre raison quand il s'agit d'aller se coucher et de se laver les dents. Nounours écoute aussi leurs confidences - comme celui que chaque enfant sert dans ses bras avant de s'endormir, il partage leurs secrets et console leurs chagrins. Parfois, Nounours se prend tellement au jeu des enfants que le temps passe plus vite qu'il ne le croit; la voix du Marchand de sable l'appelle : "Allons Nounours, il faut être raisonnable, nous avons encore tellement de route à faire". Nounours quitte à regret ses amis pour obéir à son "Patron". Le sable doré tombe en pluie sur le lit des enfants, étincelant et merveilleux au son d'une harpe dont on fait résonner toutes les cordes..."

Je vous laisse la responsabilité de choisir qui dans cette réunion du PER joue le rôle de Nounours, mais le déroulement de cette réunion confirme la volonté de l'Etat d'offrir ce gisement aux grands groupes cimentiers en jouant sur le temps pour endormir la vigilance et la combativité de la population et des associations.

Les multinationales cimentières dont le coeur du métier est une des activités les plus polluante du monde industriel, utilisent avec constance une part négligeable de leurs profits pour se façonner une image de champions du Développement Durable et de financeurs incontournables d'actions "environnementales" à tout niveau, de l'Etat aux associations. Rappelons les partenariats entre Lafarge et l'association de Nicolas Hulot ou le WWF. Récemment un article du Télégramme relatait le soutien de Lafarge au "Conservatoire botanique national de Brest". Chaque fois ce "soutien" donne lieu à une communication associant le nom du cimentier à une action présentée comme exemplaire et pédagogique

"Les Ciments et les Granulats de l’Ouest, sociétés présentes depuis plusieurs années dans le département, vont soutenir les objectifs du conservatoire dans le domaine de la préservation du patrimoine naturel de la flore (...) le Conservatoire botanique national de Brest est le premier établissement au monde à s’être spécialisé dans la préservation des plantes menacées de disparition. Une activité qui nécessite des moyens financiers auxquels Lafarge apporte ainsi sa contribution."

(Source Le Télégramme du 17/11/2007)

Pour André Berthou, pilote du Peuple des Dunes, cette réunion n'apporte rien car «ça ne fait aucun doute, le principe de précaution doit s’appliquer, c’est pourquoi, peu importe le résultat des études, il faut s’attendre à de plus en plus de manifestations de la population». Pour une autre membre du Peuple des Dunes les représentants des élus locaux et des associations étaient "cocus mais pas contents. Déception, agacement, amertume se lisaient sur les visages dès le premier 1/4 d'heure, le discours du préfet ne laissant aucun doute sur la décision finale." d'autant que les interventions des "experts" sont toujours aussi pertinentes "pas plus de de 30 Heures par an de grande houle dans la zone PER Lorient Sud. Ca valait le coup de se taper 3 heures de réunion comité de suivi pour entendre ça"
BC

Les articles de presse sur cette réunion du comité de suivi du PER

Ouest-France

Extraction de sable : le préfet veut informer

Le comité de suivi s’est réuni hier à Erdeven. Le préfet a annoncé la création d’un site internet.

Le comité de suivi du PER (permis exclusif de recherche de sables marins) entre Groix et Quiberon s’est réuni hier à Erdeven. Laurent Cayrel, préfet, qui menait la réunion, a fait le point sur l’avancement du dossier.
Celui-ci ne fait toujours pas l’unanimité même si, pour l’heure, il est question de prorogation du permis de recherche et non pas d’extraction. Bien que les communes du littoral aient émis par vote un avis défavorable pour la prolongation du PER, pour Laurent Cayrel, c’est un paradoxe de ne pas aller plus loin dans la démarche. «Il est nécessaire d’aller jusqu’au bout de l’étude et de la prolonger pour donner une explication plus complète à la population et au pétitionnaire».
De leur côté, la préfecture maritime, la Direction départementale de l’Équipement, les Affaires maritimes, les directions régionales de l’industrie, de la recherche et de l’environnement ont émis un avis favorable, ce qui suscite l’incompréhension de certains élus et des représentants du Peuple des dunes. Ces derniers ont rappelé que plus de 12 000 personnes ont manifesté sur la plage d’Erdeven en mars dernier.
Sur le plan scientifique, François Guillocheau de l’université de Rennes, a indiqué : «il devient urgent de créer un observatoire scientifique d’étude de sédiments du littoral émergé du plateau continental breton».
Notant les inquiétudes et interrogations qui persistent, Laurent Cayrel a annoncé la création d’un site internet au niveau préfectoral. «Cela permettrait de répondre aux questions et de combler le déficit d’information».
Une prochaine réunion avec restitution des études en cours se déroulera durant le premier semestre 2008.
Ouest France du 11/12/07

Le Télégramme

Extraction de sable. Volonté d’apaisement

Volonté de plus de communication. Et donc d’apaisement. C’est ce qui ressort des propos du préfet qui présidait le comité de suivi du PER Sud-Lorient, prévu au printemps et réuni seulement hier à Erdeven. Il en ressort aussi que, malgré l’opposition unanime des élus, ce permis de recherche a de bonnes chances de se voir prolonger de deux ans par le ministère, comme le demandent les cimentiers Lafarge et Italcimenti.
La réunion du comité s’est ouverte sur un point d’avancement des études menées par les cimentiers dans le cadre du permis de recherche. D’après leurs experts, peu de métaux et explosifs auraient été détectés sur le périmètre de recherche, et si de nombreuses espèces halieutiques ont été relevées, des comparaisons de densité doivent encore être menées pour vérifier si la zone a une fonction de frayère ou de nurserie. Une étude doit aussi être menée sur l’interaction entre plancton et sédiments.
Les experts n’ont pas convaincu
François Guillocheau, universitaire à Rennes, a présenté une étude géologique de la «paléovallée d’Etel» enfouie à la suite de la montée des eaux. Sa conclusion est que les sédiments marins fossiles visés par les cimentiers sont aujourd’hui des «reliques» que les courants ne remuent plus : ils ne sont «pas connectés» avec le sable composant la plage et la dune. Ces experts n’ont pourtant pas convaincu les élus et associatifs : «Nous avons des craintes sérieuses, manifestées par tous ceux qui connaissent cet endroit d’une manière différente des scientifiques», expliquait Geneviève Marchand (Saint-Pierre Quiberon). «Amenez-nous une carotte de vos carottages et on verra si c’est ou non le même sable que sur nos plages», continuait Léon Nabat (Erdeven). «Le secteur dunaire est un site reconnu par l’Europe ; il y a une incohérence entre ce qu’on a fait pour le protéger et ce projet qui peut le détruire», ajoutait Alain Bonnec (Erdeven), qui soulevait aussi l’aspect social du projet.

«Un permis minier pas un referendum»
Pour le préfet, la prolongation du permis de recherche doit justement permettre de répondre à ces questions et de mieux informer la population. «Mais ces réponses seront-elles suffisantes pour faire revenir la population sur son opposition ?», interrogeait Michel Corda (Locoal-Mendon). «C’est un permis minier, pas un referendum», répliquait le préfet en distinguant cette prolongation d’une éventuelle autorisation d’exploiter, qui ne pourrait être accordée par le gouvernement que dans un second temps, après étude d’impact et enquête publique. La contre-expertise souhaitée par Cap L’Orient ne pourrait intervenir que dans ce cadre. Et dans sa volonté de communiquer, le préfet a indiqué qu’un site internet questions-réponses serait ouvert. Il a aussi souhaité, si le permis de recherche est prolongé, une nouvelle réunion de ce comité de suivi, si possible en fin de deuxième trimestre 2008.
Le Télégramme

Commentaires publiés sur l'ancien blog

1 - Merci Bruno.
En cette période préélectorale, comment comprendre l'apathie de certains élus qui, s'ils étaient vraiment motivés contre ces projets, devraient démissionner de leurs mandats pour protester ?
Seraient-ils liés par des intérêts peu avouables, si ce n'est aux cimentiers, du moins à leurs mentors politiques ?

A. Ménard Groix
Écrit par: Anita at 2007/12/13 - 09:42:13

2 - Pas d'accord avec cette remarque, il ne faut pas "mettre tout le monde dans le même sac". Ce n'est pas en démissionnant que les choses changeront, bien au contraire, il faut assumer, affirmer notre présence d'élus du peuple opposé à ce projet. Je suis Adjoint au Maire d'Erdeven en charge de l'environnement, et je suis également porte parole du Peuple des Dunes. Je me présente aux prochaines municipales, en tête d'une liste de personnes qui rejoignent les valeurs que je souhaite partager. Si je suis élu en mars 2008, ce sera pour lutter encore plus efficacement contre ce projet, d'une catastrophe écologique annoncée.

Alain BONNEC
Écrit par: Alain BONNEC at 2007/12/14 - 09:48:06

3 - Dans cet océan d'opacité , je suis contente d'apprendre que les études de ce PER seront restituées au second semestre 2008.
Ce n'est pas faute de les avoir demandées à Lafarge et Italcementi lors de deux entretiens à Paris les 15 Mars et 11 Septembre 2007 en présence de Mr.Bruno Lafont président de Lafarge.
Lafarge s'engage à y inclure tous les types de modélisations qui ont été employés lors de ces études et qui leur ont permis , hâtivement, d'en tirer des conclusions.
Nous Peuple des Dunes devons rester totalement MOBILISE afin que les nouveaux élus municipaux de toutes les communes concernées , les élus du département et de la Région nous donnent alors les moyens de la contre-expertise que nous souhaitons.
Comme Alain Bonnec dont j'admire l'engagement , je m'engage encore plus intensément moi aussi lors des prochaines élections municipales à Saint-Pierre Quiberon .
L'ensemble des personnes de la liste que je pilote souhaitent en effet une totale transparence dans les conditions d'attribution de nos ressources naturelles à des entreprises privées et au-delàune refonte totale des procédures d'extractions minières pour l'ensemble du territoire français,mettant en avant le principe de précaution.
Ces nouvelles procédures existent mais sont bloquées entre deux ministères...
C'est à nous futurs élus de les réclamer à corps et à cris ...
A bientôt

Elodie Martinie-Cousty
Associations : APSSE et UMIVEM
Écrit par: Elodie at 2007/12/16 - 16:05:47

4 - Je rejoins l'avis d'Anita, qui réagit à la communication du préfet. N'oublions pas qu'il a envoyé une demande d'avis (sur le prolongement de l'autorisation d'étude donnée aux cimentiers) à des élus. Nous ne savons pas à qui (combien de communes ?) et nous n'avons pas eu connaissance du texte exacte, mais ce sont les délibérations de certains conseils municipaux qui ont donnés un éclairage sur ce point. Il faut remarquer qu'il ne me semble n'y avoir eu que de réponses négatives.

Aujourd'hui, nous apprenons que le préfet va passer outre ces avis négatifs. Avouons que cela surprend, d'autant que nous ne voyons pas fleurir des communiqués indiquant la position de ces mêmes élus.

Etre élu pour pratiquer le même fonctionnement, ne me semble pas susceptible d'être plus efficace. Mais je ne doute pas, Alain et Elodie que vous avez pour ambition de faire changer ces pratiques, notamment en utilisant pleinement les possibilités de communication des documents administratif en les publiant en ligne pour que chacun puisse les consulter avant que les décisions soient prises.

Je ne pense pas être seul à attendre avec impatiente qu'au moins un (actuellement il n'y en a aucun sur le Morbihan) site internet officiel face de l'information au service des citoyens et non de la communication au service de ceux qui ont le pouvoir que cela soit celui obtenu par les urnes ou par les moyens financiers.

Elodie, je m'étonne qu'il y ait eu des rencontres entre la direction de Lafarge et le Peuple des dunes alors qu'il me semble avoir plutôt entendu qu'il n'était pas question de discuter avec eux (je peux me tromper).

Bruno (avis personnel)
Écrit par: Bruno at 2007/12/16 - 18:54:56

5 - pourquoi de pas demander aux candidats aux elections à venir de s'engager en notre faveur contre la pieuvre Lafarge ?? en signant une charte par exemple. Les conseillers qui siègent dans les assemblées du département n'ont sans doute pas beaucoup de pouvoir, mais leur soutien serait quand même intéressant.

Écrit par: yann at 2008/02/02 - 00:41:45


Mots-clés : ,

 

Recherche dans tout le site 

Services visiteurs 



voir les Stats

Annuaire et Guide de Bretagne, www.webbreton.com
www.webbreton.com


autres