Juin 08 22

Version imprimable Morbihan. Fermeture du Gerbam... Lafarge responsable ?

Télégramme "Gerbam. Le personnel en état de choc"

Revue de presse

Le Peuple des Dunes est particulièrement sensibilisé à l'avenir du site de Gâvres du Gerbam, en particulier pour le personnel, otage de décisions aux motivations insondables voir inavouables ?

La lettre ouverte du Peuple des Dunes dénonce : "C’est enfin la gestion actuelle du dossier du GERBAM, centre de tir de l’artillerie de marine, dont les cent chômeurs à venir n’ont pas été défendus, notamment parce que leur activité s’exerçait dans des couloirs de tir qui réduisaient substantiellement la zone d’extraction."

Un article du Télégramme, paru le 14/06/2008 en rubrique Morbihan "Gerbam. Le personnel en état de choc", cite Job Le Mené responsable CFDT : "Job Le Mené se souvient qu'en 1974, un projet de centrale nucléaire à Erdeven était dans les cartons, « on voulait déjà fermer le Gerbam ». Aujourd'hui, il fait le rapprochement avec le projet d'extraction de sable de Lafarge. «La zone de tirs sera en plein dedans, je me demande si tout cela n'est pas lié. Après tout, ce sont peut-être des copains à Sarkozy». Une pointe d'ironie comme pour masquer le désarroi de l'ensemble des salariés.
 

Le Télégramme

Gerbam. Le personnel en état de choc
La cause est entendue, le personnel du Celm (*), ex-Gerbam, ne se fait pas d'illusion. Le site de Gâvres est condamné. Hier, la CFDT tenait une énième assemblée générale. Entre colère et résignation, le climat est lourd. Le Celm, ex-Gerbam de Gâvres, n'est pas encore fermé mais, déjà, l'activité du centre tourne au ralenti. Depuis deux mois, aucun essai de tir n'est réalisé. Non pas qu'il n'y ait plus de travail, au contraire, mais après l'annonce, le 18 avril, du transfert du Celm à la Marine, ce qui sous-entend plan social et transfert d'activités vers l'ETBS de Bourges et vers le Celm de Biscarrosse, les salariés sont en état de choc. « Du coup, les élus CFDT ont fait valoir auprès du CHSCT (Comité d'hygiène de sécurité et des conditions de travail), le droit d'alerte et de retrait dont chacun dispose face à une situation de danger grave et imminent », explique Job Le Mené, responsable CFDT. En clair, les salariés, une quarantaine, refusent d'assurer les tirs. « Une cellule psychologique a même été mise en place ».

Lettre de Nicolas Sarkozy
« L'activité du Gerbam aujourd'hui se résume à l'entretien du champ de tir et à la préparation d'essais », ajoute Job Le Mené. Entre colère et résignation, le personnel attend qu'on lui annonce clairement la date de fermeture du site (lire ci-dessous). Car ce n'est pas la lettre que Nicolas Sarkozy a envoyée à tous les personnels militaires et civils concernés par la RGPP (Révision générale des politiques publiques) et le Livre blanc, dont ceux du Celm, qui va les rassurer. Un courrier dans lequel le président de la République explique « que cette réforme se traduira, pour la Défense, par le regroupement de nos bases et de nos régiments, par des économies sur le soutien et par des réductions d'effectifs ». D'un commun accord, tous les salariés de Gâvres ont décidé de retourner la lettre à l'Élysée.

« Cela fait 30 ans que le Gerbam doit fermer »
À l'heure où les élus locaux, y compris les Verts, quelques fois frileux à l'égard du Celm, soutiennent les 80 personnels du centre d'essais, une voix sort du lot, celle de Josselin de Rohan, sénateur UMP du Morbihan. « Nous l'avons rencontré le 6 juin. Il a justifié le transfert des activités et la remise du champ de tir à la Marine et nous a dit clairement qu'il n'interviendrait pas pour une autre orientation, avant de lâcher : "cela fait 30 ans que le Gerbam doit fermer et je ne comprends pas pourquoi on l'a laissé ainsi sous les gouvernements précédents" ». Job Le Mené se souvient qu'en 1974, un projet de centrale nucléaire à Erdeven était dans les cartons, « on voulait déjà fermer le Gerbam ». Aujourd'hui, il fait le rapprochement avec le projet d'extraction de sable de Lafarge. « La zone de tirs sera en plein dedans, je me demande si tout cela n'est pas lié. Après tout, ce sont peut-être des copains à Sarkozy ». Une pointe d'ironie comme pour masquer le désarroi de l'ensemble des salariés. (*) Centre d'essai et de lancement de missiles.

Le Télégramme
Rubrique: Morbihan du 14/06/2008



Mots-clés : ,

 

Recherche dans tout le site 

Services visiteurs 



voir les Stats

Annuaire et Guide de Bretagne, www.webbreton.com
www.webbreton.com


autres