Oct. 07 04

Version imprimable Ouest-France Lorient, Sous le poisson, le sable !

La pêche scientifique du Gildany II devant Etel sur la zone du PER Lorient

Revue de presse

Ouest France



Photo Ouest-France

A bord du Gildany II, Amélie Minereau et Julie Tourolle, ingénieurs, et le patron de pêche, Gildas Kerzerho.

Mardi, le chalutier lorientais a travaillé sur la zone du permis exclusif de recherche sablière de Lafarge. Pour mettre le poisson en équation.
Sous le poisson, le sable ! Mardi matin, le Gildany II, patron Gildas Kerzerho, est sur zone vers 5 h 30, devant Etel. L'équipage, Landry Kerzerho et Jimmy le Bouille, met à l'eau un chalut de fond à grande ouverture. La pêche n'est pas ordinaire : le trait de chalut, ainsi que les deux suivants, vont servir à répertorier la faune marine dans le périmètre du permis exclusif de recherche accordé à Lafarge (1). Tout cela sous l'oeil attentif de deux scientifiques du bureau d'étude Astérie de Brest, Amélie Minereau et Julie Tourolle. À bord, le Gildany II a aussi embarqué deux observateurs, André Berthou du collectif Le Peuple des dunes, et Laurent Léna pour le comité des pêches de Lorient-Etel.

Mardi soir, la pêche scientifique a été pesée et stockée en chambre froide. Mercredi, Amélie Minereau, ingénieur géologue, et Julie Tourolle, ingénieur biologiste, ont pesé, mesuré les différentes espèces de poisson. «Nous pratiquons des prélèvements d'estomac que nous adresserons à un laboratoire afin de connaître leur nourriture, surtout celle des poissons de fond. Le but est aussi de savoir si nous sommes sur une zone de nourrissage.» Le premier chalut à grande ouverture a été relevé au lever du jour. Les deuxième et troisième traits ont été faits en chalut jumeau. Le deuxième trait a été pratiqué avec une chaussette pour diminuer la taille des mailles. «Nous avions une autorisation de la préfecture maritime» précise les deux ingénieurs.

«Nous avons pêché beaucoup de merluchons, de soles, du bar, quelques raies et congres, environ 300 kg de sardines, de la seiche, des encornets, du rouget, un peu de maquereau, une seule morue, de la dorade grise et une dorade rosée, du carrelet, du tacaud, du chinchard, rouget et grondin, un peu de lieu jaune. Les coquillages ont été évalués sur le bateau et nous les avons remis à la mer.» Après l'avoir décortiqué sous toutes ses écailles, reste à mettre tout ce poisson en équation et en diagramme.

«Nous n'en sommes qu'à l'état de recherche» précisent Amélie Minereau et Julie Tourolle. «Nos évaluations vont permettre de faire une étude d'impact en intégrant les positions des traits de chaluts. Nous avons pêché sur l'ensemble de la zone concernée par le permis de recherche sablière.» Gildas Kerzerho confirme : «Il y avait du brouillard, mais nous avons fait le travail là où il fallait.» Pourquoi a-t-on choisi son chalutier pour cette campagne scientifique ? «On a choisi le patron le plus ancien de Lorient. J'ai 54 ans et demi.»

(1) Lafarge a pour projet une éventuelle extraction de sable en mer, à plus de trois milles des côtes (7 km), par moins 30 mètres de fond et à raison de 600 000 tonnes par an.

Christian GOUEROU.
Ouest France
Lorient jeudi 4 octobre 2007


Mots-clés : ,

 

Recherche dans tout le site 

Services visiteurs 



voir les Stats

Annuaire et Guide de Bretagne, www.webbreton.com
www.webbreton.com


autres