Jui. 08 17

Version imprimable Pourquoi le Peuple des Dunes ?

Pour découvrir ou se rafraichir la mémoire

Le Peuple des Dunes, collectif regroupant plus d’une centaine d’associations,



a été créé en janvier 2007 pour s’opposer à un projet d’extraction de sable en mer, par les cimentiers Lafarge et Italcimenti,
qui entendent extraire 600 000 tonnes de sable par an pendant 30 ans, soit 18 millions de tonnes,  à 3 milles du plus grand massif dunaire de Bretagne. Ce massif dunaire, classé pour partie Natura 2000, fait partie intégrante du Grand site qui va de Quiberon à Gâvres. L’Union  européenne, l’État, la région et le département y ont investi des sommes importantes pour protéger la faune et la flore.

1. UNE AFFAIRE ANCIENNE MENEE DANS LE PLUS GRAND SECRET
Ce projet a vu le jour il y a plus de six ans. Le groupe Lafarge, dans le but de diminuer les coûts d'extraction de sable en carrière, a imaginé de procéder à l'enlèvement de ce dernier en mer, à quelques milles de la côte. Une procédure d'appel d'offres a été lancée au Journal Officiel au début de l’année 2005. Le 3 mai 2005, un arrêté ministériel, publié au Journal Officiel du 27 mai 2005, a accordé à trois sociétés filiales du groupe Lafarge, à savoir les sociétés Rennaise de Dragages, GSM et Granulats Ouest, un permis exclusif de recherches (PER) de sable et de graviers siliceux marins, pour une durée de deux ans. Ce PER doit déboucher à terme sur une concession minière d'une durée de 30 ans, en vue d’extraire au moins 600 000 tonnes de sable par an, soit 400 000 m3. Il porte sur une superficie de plus de 16 km², située sur les fonds marins du domaine public maritime, le long des côtes du Morbihan, sur l'axe Belle-Île-île de Groix. Cette affaire a été menée dans le plus grand secret et sans aucune consultation des élus.

En octobre 2007, dans le cadre d’une demande de renouvellement du PER , l’avis des différentes municipalités concernées a été sollicité. Toutes, sans aucune exception, ont voté contre le principe d’une telle autorisation (Quiberon, Saint Pierre de Quiberon, Plouharnel, Erdeven, Etel, Plouhinec, Gâvres, Lorient etc).

De plus, il s’agit, sans nul doute, d’un vaste projet à trois composantes, soigneusement instruites de façon séparée, fondé sur l’extraction en mer dans la zone allant de Quiberon à Gâvres, du lavage du sable au Rohu et de la fabrication du béton à Lorient. Ce dernier projet a été gelé pour l’instant par le maire de Lorient.

2. UNE CATASTROPHE ECOLOGIQUE ANNONCEE

• risque d’érosion du trait de côte en raison du prélèvement d’un sable qui date des dernières glaciations et dont on sait qu’il ne se renouvellera  pas, la nature ne fabriquant plus de sable ; il s’agit d’un stock fini qu’il y a lieu de préserver pour les futures générations ;
• risque à terme de submersion marine des terres et des maisons, construites, pour beaucoup, en dessous du niveau de la mer ;
• risque de réveiller des espèces de phytoplancton indésirable, en dormance dans les sédiments, par la mise en suspension des sables et des vases. Leur éventuelle prolifération mettra en péril toute l’économie ostréicole locale ;
• destruction certaine des frayères de pêche
• mise en péril de l’avenir de la pêche dans cette zone où, depuis des siècles, est installée une chaîne alimentaire (anchois, sardines, thons), et où travaillent en rotation une centaine de bateaux.
• atteinte à la qualité des eaux de baignade en raison de la turbidité provoquée par l’élinde qui aspire le sable
• et donc menace sur l’avenir touristique de cette zone qui constitue pourtant le deuxième plus beau site dunaire d’Europe.

Une catastrophe programmée : il suffit de voir aujourd’hui l’état des plages du cap Fréhel, de Saint Jean du Doigt, de Lannion ou de Wissant, de l’île Tudy, de Pornic et de la Bernerie, suite à des extractions de sable en mer, au large de ces dernières.
 
Des études scientifiques faites par les cimentiers qui ne sont pas à la pointe de l’art : pas d’analyse d’impact sur le trait de cote de l’extraction de sable au large et pas de prise en compte des conditions climatiques plus violentes telles que nous en avons connues dans un passé récent. A noter à cet égard, l’état de catastrophe naturelle déclaré en janvier 2001 et en mars 2008, dans cette région.

Des enjeux économiques à revoir : les pouvoirs publics doivent empêcher clairement les industriels de piller les réserves naturelles et les inciter ainsi à investir sérieusement sur des projets innovants en termes de matériaux et à recycler les matériaux de démolition.

Une application indispensable du principe de précaution : la gouvernance environnementale de la mer exige ici, conformément à tous les textes fondateurs internationaux, européens ou nationaux, l’application du PRINCIPE DE PRECAUTION. Il y va du développement durable de toute une région. C’est notre devoir de préserver, pour les générations futures, ce patrimoine d’une richesse inouïe.

3. UNE MOBILISATION SANS PRECEDENT
La mobilisation du peuple des dunes se situe à quatre niveaux, juridique, politique, scientifique et évènementiel.

A.  La mobilisation juridique

A ce jour, deux recours sont pendants devant le tribunal administratif de Rennes
• un recours devant le tribunal administratif de Rennes exercé par l’Association de Sauvegarde et de Protection du Littoral de la Presqu’île de Gâvres, (ASPLPG), association pilote du collectif, à l’encontre de l'arrêté pris par le ministre des Finances et de l'industrie le 3 mai 2005
• Un recours contre le permis de construire sollicité en vue du débarquement du sable de mer au port du Rohu, en juillet 2007.
Ce nouveau permis délivré le 11 mai 2007 vient d’être déféré à la censure du tribunal administratif de Rennes, par le collectif des associations de défense de l’environnement, le Peuple des Dunes, aux fins d’obtenir l’annulation et empêcher une seconde filiale du groupe Lafarge de s’installer au port du Rohu.

B.. La mobilisation politique

Un grand nombre de maires et d’élus du grand site soutiennent aujourd’hui le peuple des dunes dans ce combat. L’ensemble des députés et sénateurs de la région ont été approchés. Un grand nombre de candidats aux élections législatives de juin 2007 ont signé « le pacte du peuple des dunes ».
Des courriers ont été expédiés à toutes les administrations nationales et déconcentrées, en charge de ce dossier, et des rencontres ont été mises en place avec de nombreuses associations locales pour tenter de fédérer toutes les énergies.
Une pétition soutenant notre action a recueilli à ce jour près de 21 000 signatures. Ces documents seront remis officiellement au préfet de région.

C. La mobilisation scientifique

Le Peuple des Dunes a consulté des scientifiques de renom qui ont travaillé sur les conséquences de cette extraction de sable sur le trait de côte et sur la vie sous marine et ont tous confirmé sa dangerosité. Un comité scientifique indépendant a été créé par Cap l'Orient...

En attendant, que ce comité soit, peut-être, un jour opérationnel et véritablement indépendant, vous pouvez consulter les réflexions, notamment d'Yves Labahy et Pierre Mollo qui s'interrogent sur le projet et sa gestion : rubrique "pourquoi ?"

D. La mobilisation évènementielle

• Le 25 mars 2007, une immense manifestation sur la plage d’Erdeven qui a réuni plus de 12000 personnes, d’après les renseignements généraux. A cette occasion, une grande fresque humaine a été dessinée sur le sable, et le nom du peuple des dunes  est ainsi apparu aux yeux de tous.
• Un stand du peuple des dunes, tenu lors du FIL du 3 au 12 août 2007
• Le 8 septembre 2007, à Port Louis, une opération « danse avec les dunes », avec un concert et un fezt noz. Avec Plus de 2000 entrées payantes.

Des projets à venir
Une grande fresque humaine de Gâvres à Quiberon en 2009
La remise des pétitions au préfet de région
Et quelques manifestations en instance de validation par le collectif.

Collectif Le Peuple des Dunes


Mots-clés : , , ,

Commentaires

1 - Soutien mutuel ?

Je connais votre problème et ai signé votre pétition au tout début bien que je sois d'île de France. Vous connaissez peut-être l'OIN (Opération d'Intérêt National) lancé par le gouvernement sur le plateau de Saclay. Ce projet consiste à bétonner des centaines d'hectares de terres agricoles pour créer un genre de Silicon Valley à l'européenne et qui va coûter des milliards d'euros aux européens. La population n'est pas très au courant, la région sous-entend que ces travaux concernent des logements et promet des emplois aux locaux. Une pétition contre ce projet a circulé et je n'ai pas eu de mal à faire signer plusieurs pages, de nombreux maires ce sont mobilisés ainsi que de mutiples associations de protection de l'environnement. Malheureusement, la machine infernale continue d'avancer, et je crains que votre sable de Bretagne finisse embetonné chez nous. Les Verts IDF réagissent et organiseront le 17 novembre 2008 un débat public à la suite d'un tract contre l'OIN, pensez-vous vous sentir concernés par l'OIN, en tant que Peuple des Dunes ou bien estimez vous qu'il n'y a aucun lien ? 
http://www.bievre.org/oin/castor1.pdf

 


Polizzo Iliane | Le Dimanche 02/11/2008 à 02:20 | [^] | Répondre

 

Recherche dans tout le site 

Services visiteurs 



voir les Stats

Annuaire et Guide de Bretagne, www.webbreton.com
www.webbreton.com


autres