Jui. 07 13

Version imprimable Télégramme. Conférence du Peuple des Dunes à Etel

Extraits des articles du 12/07/2007

Revue de presse
Peuple des dunes, extractions de sable et principe de précaution.
 

Le Télégramme

Extractions de sable et principe de précaution

La mobilisation contre le projet d’extractions de sable entre les plages d’Erdeven et Groix ne s’érode pas après la manifestation massive en mars à Kerhillio (12.000 personnes) : mardi soir, la salle du musée des Thoniers était trop petite pour accueillir tous ceux venus participer à la conférence-débat du Peuple des dunes.

Pierre Mollo, Jean-Pierre Le Visage et Yves Lebahy ont argumenté pied à pied contre les assurances des cimentiers Lafarge et Italcimenti, pour démontrer, au contraire, l’existence de dangers et risques liés à ces extractions : perturbations du milieu et de la chaîne alimentaire naturelle à partir des planctons, risque d’érosion du trait de côte et de submersions marines comme le 17 mars à Wissant (62), mise en péril de la pêche mais aussi de l’ostréiculture, atteintes à la qualité des eaux de baignade, menaces pour le tourisme... «En mer, les distances ne paraissent pas les mêmes», explique Jean-Pierre Le Visage. «En 30 ans, l’extraction des 18 millions de tonnes annoncées représente un camembert de trois mètres d’épaisseur couvrant la surface de la commune de Belz et d’Etel réunies.»

«Pour exporter en Angleterre»
Mais au niveau strictement scientifique, Yves Lebahy notait que si les argumentations finissent pas ressembler à «un jeu du chat et de la souris où on prouvera tout et son contraire», la raison en est que la question est trop éminemment complexe pour se satisfaire d’études d’une «trop grande brièveté» et d’une communication jugée «sans crédibilité» de la part des cimentiers. Sur l’utilité de ces extractions, Yves Lebahy balayait l’argument selon lequel elles ne devraient servir qu’aux besoins locaux d’une Bretagne, déficitaire en granulats : «C’est un écran de fumée ! Une des destinations est l’Angleterre.» «On trouve toujours le même argument du besoin local de la part des industriels, que ce soit pour les nitrates, la centrale de Plogoff ou d’Erdeven, ou les OGM », remarquait un participant dans la salle.

«Une pratique obsolète»
Enfin, Yves Lebahy a souligné le «télescopage entre des pratiques littorales obsolètes», représentées par ces extractions de sable sans recherche d’alternatives, mais aussi par l’économie de la villégiature avec toutes ces résidences secondaires - «Les deux tiers des constructions en zones littorales !» - et les démarches littorales actuelles menées sur ces mêmes sites, portées (et financées) par l’Europe et qui demandent la participation des populations intéressées (Natura 2000, gestion intégrée, etc.).

«Aucun risque pour l’environnement» d’après Lafarge
Par l’intermédiaire de son agence de relations publiques, le groupe cimentier Lafarge a tenu à réagir à la réunion du Peuple des dunes. «Lafarge, qui conduit actuellement une phase d’étude et de recherche, a pris connaissance de cette réunion par voie de presse et regrette de ne pas avoir été conviée à participer à cet échange annoncé comme un débat et que la possibilité de s’exprimer ne leur a pas été offerte. Lafarge rappelle néanmoins que la phase de recherche, menée par des scientifiques et des cabinets d’études indépendants, a pour but de déterminer la faisabilité environnementale et technique du projet d’extraction de granulats marins. A ce jour, 50 kg de sable ont été prélevés sur la zone pour conduire des études scientifiques. Celles-ci ont toutes démontré, jusqu’à présent, l’absence de risque pour l’environnement. D’autres études sont en cours. Une fois cette phase de recherche achevée et dans l’hypothèse où elle s’avérait concluante, Lafarge déposerait alors une demande de concession qui porterait au maximum sur l’extraction de moins de 1 % du gisement.»

Un comité de suivi constitué

«Depuis le début du projet, Lafarge a toujours œuvré dans le sens de la transparence et du dialogue quant aux actions menées. Ainsi, Lafarge a choisi de rendre publiques toutes les études et a volontairement demandé la création, en 2005, dès l’obtention d’un permis de recherche, d’un comité de suivi, qui rassemble, sous la présidence de M. le sous-préfet de Lorient, les élus des communes environnantes, les représentants des administrations concernées et de l’Ifremer, les associations locales de protection du littoral, les comités locaux de pêche et les trois sociétés en charge du projet de recherche : la Société rennaise de dragages, filiale de Lafarge Granulats et GSM et Granulats Ouest, filiales d’Italcementi, afin de faire un point sur l’avancement des recherches.»

600.000 tonnes par an sur 30 ans

Actuellement, le projet en est à sa phase d’études, en vertu d’un permis de recherche exclusif (PER) délivré par arrêté ministériel le 3 mai 2005. A l’issue des études, il pourrait déboucher sur une concession minière annoncée initialement pour une durée de 50 ans, et qui serait réduite à 30 ans, avec un volume extrait de 600.000 tonnes par an, soit 18 millions de tonnes.

«Les études n’ont aucune crédibilité»
Yves Lebahy, géographe

«Les analyses sédimentaires présentées dans la communication de Lafarge souffrent d’une absence totale de crédibilité» souligne le géographe Yves Lebahy. «Elles ne présentent pas de prise en compte du temps long et de la zone dans son ampleur spatiale.»

«La chaîne de la vie en danger»
Pierre Mollo, biologiste

«Pourquoi si près de la côte et pas directement sur les plages ou la dune ?», interrogeait avec ironie Pierre Mollo, avant de pointer les effets de telles manipulations des sédiments par le«réveil» de planctons indésirables comme les dynophisis ou alexandrium.

«Les erreurs de Lafarge»
Jean-Pierre Le Visage, observatoire du plancton

«Quand on ne sait pas, on ne dit rien plutôt que de dire des bêtises», lançait Jean-Pierre Le Visage contre l’argumentaire de Lafarge qui assure que les fonds étaient stables, que les poissons continueront à vivre et qu’il n’y a pas d’espèce rare ou protégée. «Pour nous, cette espèce à protéger, c’est le pêcheur !»

Le Télégramme édition d'Etel
Extraits des divers articles du 12 juillet 2007
Sujet : conférence du Peuple des Dunes à Etel


Mots-clés : , ,

 

Recherche dans tout le site 

Services visiteurs 



voir les Stats

Annuaire et Guide de Bretagne, www.webbreton.com
www.webbreton.com


autres