Sep. 07 07

Version imprimable Télégramme Morbihan, Extraction de sable. Le bras de fer continue

Extrait article du 07/09/2007


Revue de presse

Le Télégramme revient sur l'historique de l'opposition au Per Sud Lorient voulu par Lafarge, alors que le Peuple des Dunes organise un fest-noz géant, demain à Port-Louis
 

Le Télégramme

Extraction de sable. Le bras de fer continue

«Le Peuple des Dunes», fourbit ses armes. Le collectif qui s’oppose au projet d’extraction de sable de mer, entre Groix et Belle-Ile-en-Mer, par le groupe cimentier Lafarge, reprend l’offensive en organisant un fest-noz géant, demain, à Port-Louis.



Fin mars, à l’instigation du «Peuple des Dunes», 12.000 personnes s’étaient rassemblées sur la plage de Kerhillio, à Erdeven, pour dire leur opposition au projet d’extraction de sable du cimentier Lafarge. (Ph. archives AFP)

Arguments, contre-arguments : glossaire des positions de chacun.

Pour mémoire,
l’extraction de sable par le groupe Lafarge entre la presqu’île de Gâvres et celle de Quiberon, à trois milles des côtes (5,5 km) n’est encore qu’un projet. Le cimentier travaille sur un permis de recherche obtenu en 2002. Une demande de renouvellement, pour une période de deux ans, a été déposée en janvier 2007. Les jeux sont donc loin d’être faits. Le collectif «Le Peuple des Dunes», qui a recueilli 14.000 signatures dans une pétition, l’a bien compris. Ses membres ont bien l’intention de maintenir la pression. Demain, les concerts commenceront à la citadelle de Port-Louis, à 18h. À 20h, prises de parole pour exposer les arguments ci-dessous et à 20 h 30, fest-noz.

Érosion
Peuple des Dunes : Il y a un risque d’érosion du trait de côte en raison du prélèvement d’un sable qui date des dernières glaciations et qui ne se renouvellera pas. Pour eux, il y a un risque de submersion marine des terres et des maisons. Il manque une analyse d’impact sur le trait de côte, de l’extraction de sable au large. Les conditions climatiques violentes, comme il en existe depuis quelques années, ne sont pas prises en compte. Il y a un fort risque de dégraissement des plages.
Le collectif montre en exemple une commune du Pas-de-Calais, Wissant, où il y a eu des extractions de sable il y a 30 ans et dont la digue, actuellement, se délite.
Lafarge : La zone d’études reste indépendante du trait de côte. Les fonds de cette zone sont essentiellement sableux. Ni coraux, ni algues, ni coquillages. Le périmètre n’empiète pas sur les espaces naturels de Natura 2000. Une éventuelle extraction n’aurait aucune influence sur les plages et les dunes du littoral. Pour le groupe Lafarge, il n’y a pas de liens entre le périmètre des études et la bande littorale.

Frayères
Peuple des Dunes
: La zone d’extraction est une zone de frayère qui sera détruite. D’où la mise en péril de l’avenir de la pêche, dans une zone où est installée une chaîne alimentaire et où travaillent des centaines de bateaux.
Lafarge : Une campagne de prélèvements biologiques est en cours. Son but : mieux définir les fonctions de frayère et de nourricerie de cette zone. Des scientifiques conduiront l’identification et le traitement des données.

Enjeux économiques
Peuple des Dunes : Il existe une menace sur l’avenir touristique de cette zone, du fait, notamment, d’atteinte à la qualité des eaux de baignade en raison de la turbidité provoquée par l’élinde qui aspire le sable.
Lafarge : Le sable extrait serait destiné à la construction régionale. L’activité du bâtiment est en pleine expansion en Bretagne. Selon le cimentier, le sable représente aujourd’hui 1.000 emplois directs et 3.000 emplois indirects au travers des 120 carrières en Bretagne qui permettent de faire travailler près de 100.000 professionnels du BTP.

Sophie Paitier
Le Télégramme
Morbihan du 07/09/2007


Mots-clés : , ,

 

Recherche dans tout le site 

Services visiteurs 



voir les Stats

Annuaire et Guide de Bretagne, www.webbreton.com
www.webbreton.com


autres